Quelles maladies peuvent être à l’origine de la perte des cheveux ?

Appelée alopécie sous le jargon médical, la chute de cheveux est un mal source d’inquiétudes chez plusieurs personnes. À l’instar des mauvaises manipulations intempestives du cheveu (décoloration-coloration, brushing, tresses serrées…) et des bouleversements hormonaux, une maladie peut très vite devenir vectrice de la perte de cheveux. Découvrez à travers cet article comment pallier ce problème, mais également quelques maladies qui peuvent être source de la perte de cheveux aussi bien chez l’homme que chez la femme.

Comment résoudre le problème de perte de cheveux

La chute de cheveux est caractérisée par la perte partielle ou totale des cheveux chez un homme ou une femme. Il en existe de différentes sortes, et la plus répandue est appelée la calvitie. Elle peut être diffuse, passagère ou durable. Cependant, dans le cas d’une durabilité et si possible d’une accélération anormale de la perte de cheveux, plusieurs solutions s’offrent à vous. Parmi elles figurent le diagnostic capillaire puis une éventuelle possibilité de greffe de cheveux. Plusieurs centres médicaux offrent ce genre de traitement. C’est le cas de CMCC PARIS qui fait partie d’ailleurs des références en France. Par ailleurs, certaines maladies peuvent entrainer la perte de cheveux.

Quand la maladie entraine la chute de cheveux

Dans plusieurs cas, le cheveu peut constituer le miroir ou encore le reflet sur l’état de santé d’une personne. Ainsi, la chute de cheveux peut apparaitre suite à un traumatisme, un stress excessif ou encore suite à un changement hormonal brusque (cas de la grossesse chez certaines femmes). Toutefois, on ne se penche sur la question que lorsque la perte de cheveux est importante. Ainsi, parmi ces nombreuses maladies qui peuvent être à l’origine de l’alopécie, on dénombre :

  • La pelade encore appelée perte de pilosité par plaque. Il s’agit d’une maladie très rependue chez les adolescents et qui apparait sur le cuir chevelu et entraine une perte totale de cheveux ;
  • La teigne encore appelée la mycose du cuir chevelu qui est une infection provoquée par des champignons qu’on appelle les dermatophytes ;
  • La maladie des thyroïdes : cette maladie liée au dérèglement de la glande thyroïdienne impacte directement la masse capillaire et entraine une chute abondante et considérable des cheveux ;
  • La chimiothérapie : c’est un traitement effectué pour lutter contre certains types de cancer et dont les effets secondaires se manifestent généralement par la perte considérable de cheveux ;
  • Le lichen plan : c’est une maladie qui attaque le cuir chevelu et qui entraine une chute considérable de cheveux suivie de démangeaison. Elle atteint beaucoup plus les femmes.

Il existe d’autres pathologies liées directement à la psychologie qui entrainent également la perte de cheveux. Il s’agit par exemple de la trichotillomanie, l’effluvium télogène, etc.

Comment venir à bout de ces pathologies ?

Pour lutter efficacement contre ces maladies, vous devriez commencer par être à l’écoute de votre corps et surtout le surveiller. Si vous commencez par sentir les symptômes, vous devriez aller voir un dermatologue. Ce dernier procédera à un diagnostic complet et décèlera de quoi vous souffrez réellement. Par ailleurs, si votre alopécie ne peut être soignée par traitement médicamenteux, vous pouvez alors envisager l’option greffe de cheveux. Ainsi, vous pouvez prendre rendez-vous chez un spécialiste de l’opération capillaire pour réaliser cette greffe. À cette étape, vous devriez être très vigilant quant au médecin que vous rencontrerez. Il doit être agrémenté et doit pouvoir vous éclairer sur les différentes étapes et autres détails de l’intervention. Faites également attention aux médecins qui vous promettent des miracles et qui vous proposent des tarifs trop alléchants.

En somme, la chute de cheveux n’est pas uniquement liée à un changement hormonal. Il peut également être dû à des maladies. Parmi ces nombreuses maladies, on distingue la teigne, la pelade et d’autres affections psychologiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *