CBD et CBG cannabinoide

Quelles sont les différences entre le CBD et le CBG ?

Le CBD est actuellement en vogue et de plus en plus de produits à base de CBD voient le jour : huiles bien-être, cosmétiques, fleurs…les usages du CBD sont nombreux. Pour cause, le CBD est le principal composant non toxique du cannabis et abonde dans les souches communes de cannabis, ce qui facilite son extraction et la production de produits dérivés.

Mais récemment, un autre cannabinoïde non toxique a fait la une en tant que produit thérapeutique potentiel. Le cannabigérol (CBG). Il s’agit d’un cannabinoïde moins abondant, mais ce dernier aurait des vertus thérapeutiques intéressantes. Si le CBG peut sembler similaire au CBD il sont pourtant bien différents, voyons pourquoi.

Qu’est-ce que le CBG ?

Le cannabigérol est l’un des composés organiques que l’on trouve dans la plante de cannabis – appelés cannabinoïdes. Il est considéré comme un cannabinoïde mineur, car une plante récoltée contient généralement jusqu’à 1 % de CBG (rarement jusqu’à 2 %).

La plante de cannabis produit du CBGA – le « A » signifie acide, ce qui signifie que la CBGA est la forme acide du cannabigérol. L’acide cannabigérolique est essentiel car c’est un précurseur des trois principaux cannabinoïdes, le THC, le CBD et le CBC. En clair, sans la CBGA, nous n’aurions pas de THC ni de CBD.

Pendant la durée de vie de la plante, des enzymes naturelles (appelées synthases) transforment le CBGA en THCA, CBDA et CBCA. Celles-ci, à leur tour, sont transformées en THC, CBD et CBC par le processus de décarboxylation, c’est-à-dire l’élimination d’un groupe carboxyle par application de chaleur. Les petites quantités de CBGA qui restent sur la plante après la formation des autres cannabinoïdes, sont à leur tour décarboxylées et transformées en CBG.

Quelles sont les vertus potentielles du CBG ?

 Si le CBG est apparu pour la première fois dans les revues médicales en 1964, il n’a pas fait l’objet de recherches aussi approfondies que les cannabinoïdes plus connus. Pourtant, de nombreux rapports ont été publiés sur les vertus potentielles du CBG.

L’un des premiers articles à étudier la CBG par rapport à d’autres cannabinoïdes (1984) a observé que le THC, le CBD et la CBG avaient un effet positif sur la tension intraoculaire.

De plus, il a été démontré que le CBG, ainsi que d’autres cannabinoïdes, possèdent des propriétés antimicrobiennes et ont montré une « puissante activité contre une variété de Staphylococcus aureus résistant à la méthicilline (SARM) » dans une étude de 2008. Ces cannabinoïdes se sont également avérés avoir des propriétés analgésiques ou anti-inflammatoires, et se sont révélés très prometteurs dans le traitement de la douleur.

Une étude de 2018 a examiné les propriétés de liaison du CBG aux récepteurs des cannabinoïdes CB1 (CB1R) et CB2 (CB2R) et a indiqué que la CBG « pourrait exercer des actions bénéfiques avec un potentiel thérapeutique ».

La CBG a également montré son potentiel dans le traitement des maladies inflammatoires de l’intestin (MII), dans le soulagement de l’inflammation dans la sclérose en plaques, dans la protection des nerfs dans la maladie de Huntington et dans l’inhibition de la croissance des cellules cancérigènes dans le côlon.

La difficulté de produire du CBG

 Sans effets intoxicants et avec un grand nombre d’utilisations thérapeutiques potentielles, pourquoi le CBG n’est-il pas aussi populaire que le CBD ?

Le principal obstacle à la production du CBG en tant que traitement thérapeutique courant est son coût de production. En effet, le CBG est l’un des cannabinoïdes les plus chers à produire, car la plupart du chanvre cultivé ne contient que des concentrations infimes de CBG.

De plus, il faut savoir que plus une plante de cannabis est mature, plus il y a de chances que la CBGA et la CBG présentes dans la souche soient converties en d’autres cannabinoïdes.

Enfin, l’extraction du CBG nécessite non seulement de plus grandes quantités de matériel végétal par rapport à l’extraction du THC ou du CBD, mais aussi l’utilisation d’équipements de production spécialisés. En raison des faibles niveaux de CBG présents dans les souches de cannabis, l’appareil de chromatographie utilisé pour isoler et purifier les extraits de CBG doit être aussi précis ce qui représente un coût supplémentaire par rapport à l’extraction du CBD.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *